Romans historiques

ROMANS HISTORIQUES – La Salle de bal, Anna Hope

IMG 6653 scaled - ROMANS HISTORIQUES - La Salle de bal, Anna Hope

Toi aussi tu aimes lire des romans qui te font ressentir des sentiments forts et paradoxaux? Alors La Salle de bal est fait pour toi!

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE:

Titre: La salle de bal (The ballroom)

Auteur: Anna Hope

Année de publication: 2016 (VO), 2017 (traduction française)

Genre: roman (fiction historique)

Prix: 8,40 euros en format poche

RÉSUMÉ:

Lors de l’hiver 1911, l’asile d’aliénés de Sharston, dans le Yorkshire, accueille une nouvelle pensionnaire : Ella, qui a brisé une vitre de la filature dans laquelle elle travaillait depuis l’enfance. Si elle espère d’abord être rapidement libérée, elle finit par s’habituer à la routine de l’institution. Hommes et femmes travaillent et vivent chacun de leur côté : les hommes cultivent la terre tandis que les femmes accomplissent leurs tâches à l’intérieur. Ils sont néanmoins réunis chaque vendredi dans une somptueuse salle de bal. Ella y retrouvera John, un «mélancolique irlandais». Tous deux danseront, toujours plus fébriles et plus épris.

À la tête de l’orchestre, le docteur Fuller observe ses patients valser. Séduit par l’eugénisme et par le projet de loi sur le Contrôle des faibles d’esprit, Fuller a de grands projets pour guérir les malades. Projets qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour Ella et John.

Après Le chagrin des vivants, Anna Hope parvient de nouveau à transformer une réalité historique méconnue en un roman subtil et puissant, entraînant le lecteur dans une ronde passionnée et dangereuse.

Source : Gallimard

MON AVIS SUR LA SALLE DE BAL:

Après avoir terminé ma lecture du Chagrin des Vivants, je me suis précipitée à la bibliothèque de mon village pour savoir s’ils n’avaient pas également le deuxième roman d’Anna Hope. Vous n’imaginez pas ma joie lorsque la bibliothécaire me l’a tendu.

Impression générale: un roman bouleversant à lire sans hésitation.

Tout comme le Chagrin des vivants, La salle de bal est un livre extrêmement touchant, bouleversant.

L’ouvrage est très bien ficelé et lourd de sens. Par exemple, le traitement du temps dans cette oeuvre est significatif: on remarque en effet une évolution selon les saisons de l’année.

Ella Fay arrive à l’asile durant l’hiver 1911: la période est marquée par une grande mélancolie et par une sensation d’oppression.

Avec les beaux jours, la situation semble s’améliorer pour les deux amants de l’histoire, cette partie du roman est plus joyeuse et moins sombre.

Mais cette “joie” est de courte durée, vous vous en doutez bien. La fin de l’été et l’automne 1912 nous plongent à nouveau dans une atmosphère pour le moins suffocante et bouleversante. Je vous conseille de sortir les mouchoirs pour lire la fin du roman (larmes de joie ou de tristesse? Je ne développerai pas, tu devras lire ce livre pour le découvrir…).

De même, cet ouvrage est quasiment un huit-clos, ce qui renforce cette impression d’oppression.

*****

De multiples personnages: une oeuvre profonde et détaillée.

Tout comme dans l’ouvrage précédent de l’auteur, nous suivons plusieurs personnages: Ella (une patiente), John (un homme d’une trentaine d’année, également patient de l’asile) et Charles Fuller (le docteur).

Le début du roman est mystérieux: certains personnages ne semblent pas fous, mais dans ce cas, pourquoi sont-ils dans un asile? Qui sont-ils? Quelle est leur histoire? Pour le découvrir, il faut continuer de lire… Le suspense est entretenu, ce qui rend le roman addictif.

*****

Charles, un personnage dominant: gros plan sur les théories scientifiques de l’époque.

Loin d’être une simple histoire d’amour, le roman met, selon moi, davantage en lumière les idées scientifiques de l’époque.

En effet, il éclaire le débat sur les théories eugénistes de l’époque et sur les débats éthiques. Faut-il empêcher les malades de se reproduire en les stérilisant ou séparant les hommes des femmes? Léonard Darwin était à l’époque la figure incontournable du débat: son choix se portait sur la stérilisation.

De même, dans une note plus joyeuse et moins polémique, le roman évoque l’aspect thérapeutique de la musique qui serait efficace sur les malades.

Très vite, j’ai remarqué que la structure de l’oeuvre était significative. En effet, l’ouvrage accorde une grande importance au médecin, personnage au-dessus des patients du point de vue de la hiérarchie de l’asile et dont les actes vont être déterminants pour ces derniers. Le personnage de Charles est véritablement doté d’une profondeur et la manière dont il est dépeint souligne plusieurs enjeux.

D’une part, il s’agit d’un personnage profondément paradoxal et inconstant: il est un docteur passionné par la musique, ce qui le dote d’une certaine douceur, d’une certaine sensibilité. Il m’a, je dois l’avouer, bien fait penser à Julien Sorel, le personnage principal du roman Le rouge et le noir: ils sont similaires par rapport à leur aspect sensible et par leur admiration commune pour les grands de leur époque (Napoléon pour Julien et Winston Churchill pour Charles).

Charles est un personnage paradoxal car il souhaite dépasser sa fragilité et s’imposer: à la fois en développant sa force physique et en imposant ses idées sur les questions éthiques et scientifiques.

Mais la domination de Charles est aussi associée à un danger car c’est lui qui va décider du destin des patients. C’est un homme puissant, c’est lui qui tire les ficelles. Son importance croît au fur et à mesure de l’oeuvre, le danger est de plus en plus palpable.

*****

La Salle de bal: Cendrillon modernisée?

Un peu plus haut, je vous parlais de la ressemblance que j’avais remarquée entre deux personnages littéraires: Charles et Julien Sorel.

J’ai également remarqué une autre dimension intertextuelle mais il ne s’agit bien entendu que d’une hypothèse. Je me demande en effet si l’auteur ne s’est pas nourrie du personnage de Cendrillon pour peindre le personnage d’Ella.

En effet, les deux jeunes femmes sont très proches par leur nom (Cendrillon en anglais se dit CinderELLA),par le fait que toutes deux ont perdu leur mère, que leur père s’est remarié, et qu’elles ne s’entendent pas avec leur belle famille.

Tout comme Cendrillon, Ella est reléguée à des tâches ingrates même si elle ne travaille pas dans le domicile familial.

Enfin, dans Cendrillon, la salle de bal est une pièce clé: elle symbolise la naissance de l’amour entre le prince et la princesse. De même, dans ce roman, la salle de bal est primordiale quant à l’histoire de nos deux amoureux…

J’aimerais beaucoup avoir ton avis sur cette hypothèse dans les commentaires. Si tu as également repéré une autre dimension intertextuelle, ton avis pourrait nourrir la discussion!

Mais un ouvrage qui n’est pas non plus dénué de défauts…

Toutefois, je dois signaler que ce roman n’est pas forcément idéal si on cherche une lecture joyeuse et apaisante. Comme je l’ai souligné plus haut, l’atmosphère est le plus souvent très oppressante et les moments de joie sont assez rares. Ce n’est pas le genre de roman avec lequel vous allez rire.

Pour ma part, j’aurais apprécié que le roman soit moins glauque à certains passages et que les moments de joie soient un peu plus nombreux. Malgré tout, cela n’omet pas le fait que cet ouvrage est magistral.

*****

N’hésites pas à te procurer La Salle de bal, c’est une valeur sûre!

J’espère de tout cœur que cet article t’aura donné envie de te procurer ce roman d’Anna Hope. Après ta lecture, n’hésite pas à faire part de ton avis dans les commentaires!


Si tu souhaites te procurer cet ouvrage, clique sur ce lien: https://www.amazon.fr/gp/product/2072824478/ref=as_li_tl?ie=UTF8&tag=mauraneflx-21&camp=1642&creative=6746&linkCode=as2&creativeASIN=2072824478&linkId=54ff8c25962404e6ab8dcab7f1930be2

Si tu souhaites également avoir plus d’avis sur l’oeuvre, tu peux te rendre à cette adresse: https://booknode.com/la_salle_de_bal_02176273

Pour découvrir d’autres fictions historiques, c’est par ici: http://despagespoursenvoler.fr/romans-historiques

À propos de l’auteur

Je suis une étudiante de 20 ans qui vient tout juste de terminer une classe préparatoire littéraire. Mon amour pour la littérature est très ancien. Déjà lorsque j'étais enfant, ma mère me lisait des histoires sans arrêt. J'ai dévoré des tas de livres (romans, BD, mangas...) et je continue à en dévorer. Avec la prépa, j'ai eu du mal à tenir le rythme mais désormais, j'ai plus de temps libre et je peux donc me replonger dans la lecture. J'ai également le temps de tenir ce blog à jour afin de faire partager mes coups de cœur. J'espère, avec ce blog, pouvoir vous aiguiller dans vos lectures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Tu aimes ce blog? S'il te plaît, partage-le :)